couverture naufrages.jpg

la publication

Cet ouvrage est la synthèse de quatre années de recherche menée sur le fleuve Loire en région Centre Val de Loire par une équipe pluridisciplinaire de 22 chercheurs venus d'horizons variés. Il pose la question du naufrage dans la société ligérienne du XIVe au XIXe siècle. Quels sont les "risques de rivière" ? Qui fait naufrage ? Comment se déroule l'évènement ? Que se passe t'il ensuite ?

Au travers des 328 pages, c'est tout le quotidien de nombreuses générations de mariniers et riverains de Loire qui est raconté. Partant de l'accident du naufrage en Loire, ouvrant sur tout ce qui y est associé, en amont comme en aval, dans une approche dynamique, l'ouvrage présente de nombreuses informations quant aux usagers et usages du fleuve, dans une démarche très actuelle d'analyse globale du bateau, considéré comme acteur et témoin d'histoire.

Les différentes contributions s'articulent autour du site archéologique du chaland de Langeais, en Indre-et-Loire, naufragé en 1795 dans le lit mineur de la Loire, un grand bateau de chêne de 26m de long, transportant une cargaison militaire (caissons à munition de type Gribeauval et boulets pour la marine) et civile (pots de parfumeurs, tabacs...). L'épave, par un processus inversé, raconte le temps du négoce, la navigation, l'espace de circulation des chalands, des ports au quai en passant par le lit mineur et ses îles. Le site offre une lecture en creux de la rivière aménagée.

En parallèle du drame humain, le naufrage est un puissant témoignage d'une Loire en train de se modifier, dont le lit et les rives changent au cours du temps. L'analyse, de l'épave isolée à l'inventaire de milliers de procès-verbaux, confirme une rivière de Loire en équipement constant. Le naufrage, à de multiples échelles, son étude historique sur le temps long et son archéologie forment une source première pour comprendre le paysage hérité du fleuve.

Ouvrage en vente à la boutique du musée au prix de 45 euros.

Virginie Serna, archéologue, directrice de la publication.